Thérapie de couple

Thérapie de couple Versailles Vélizy Viroflay ChavilleLe couple peut être une source de bon­heur, d’épanouissement et de sécu­ri­té, un lieu pour se réa­li­ser. Mais il arrive aus­si que la rela­tion se dégrade et que le para­dis com­mence à res­sem­bler à l’enfer. Les reproches s’accumulent, le dia­logue se crispe, la dis­tance se creuse, des fonc­tion­ne­ments répé­ti­tifs et non-satis­fai­sants s’ins­tallent. Il devient dif­fi­cile, voire impos­sible, d’améliorer la situa­tion à deux. Une thé­ra­pie de couple peut alors s’avérer pré­cieuse pour renouer la com­mu­ni­ca­tion et sor­tir de l’impasse. La Gestalt-thé­ra­pie, qui met la rela­tion au cœur de son approche, est par­ti­cu­liè­re­ment indi­quée pour accom­pa­gner les couples.
Le thé­ra­peute de couple peut inter­ve­nir dans trois grands types de situations.

Une thé­ra­pie de couple pour temps de crise
Installation sous le même toit, mariage, pre­mière nais­sance, édu­ca­tion des enfants, retraite, départ des enfants…, les grandes étapes de la vie d’un couple peuvent être désta­bi­li­santes et sont sou­vent des occa­sions de rené­go­cier le contrat impli­cite qui lie les deux conjoints. Il arrive aus­si que, le temps pas­sant, le couple perde son éner­gie, se dévi­ta­lise : le couple paren­tal prend le pas sur le couple conju­gal, les conjoints ont l’im­pres­sion d’être des colo­ca­taires plu­tôt qu’un couple vivant. Quant aux dif­fi­cul­tés qui peuvent être ren­con­trées (mau­vaise com­mu­ni­ca­tion, dis­putes fré­quentes, infi­dé­li­tés, jalou­sie exces­sive, insa­tis­fac­tion sexuelle, manque de désir, infer­ti­li­té, inter­ro­ga­tions sur la péren­ni­té de l’union…), elles se résolvent plus faci­le­ment avec l’ac­com­pa­gne­ment d’un thé­ra­peute de couple.
Une thé­ra­pie de couple ne vise pas à dési­gner une vic­time et un cou­pable ni à « comp­ter les points » ; au contraire, le psy de couple va cher­cher à mettre à jour les pro­ces­sus qui sous-tendent les inter­ac­tions douloureuses.

Une thé­ra­pie de couple pour ren­for­cer les liens
Mais cer­tains couples, alors qu’ils vont bien, peuvent aus­si vou­loir se faire accom­pa­gner pour ren­for­cer leurs liens. Une psy­cho­thé­ra­pie de couple peut en effet viser à ren­for­cer l’intimité, amé­lio­rer la com­mu­ni­ca­tion et la com­pré­hen­sion mutuelle, expri­mer ses besoins et accep­ter ceux de l’autre, éla­bo­rer des règles com­munes, rendre plus fluides les oscil­la­tions entre fusion et dif­fé­ren­cia­tion, retrou­ver le bon­heur de vivre ensemble…

Une thé­ra­pie de couple pour faire le point
Enfin, une thé­ra­pie de couple peut aus­si offrir un cadre pour peser la déci­sion de conti­nuer ensemble ou de se sépa­rer. Dans ce der­nier cas, le psy de couple peut accom­pa­gner une sépa­ra­tion en limi­tant les dom­mages. Si le couple élève ses enfants, le thé­ra­peute veille­ra notam­ment à ce que le couple paren­tal (alliance entre les deux parents) sur­vive après la fin du couple conjugal.

Déroulement de la thé­ra­pie de couple
Lors d’une psy­cho­thé­ra­pie de couple, je reçois tou­jours les deux conjoints en même temps. Chacun peut expri­mer ce qu’il attend de la thé­ra­pie. Ensemble, vous dis­po­se­rez ensuite de temps pour vous par­ler en pré­sence d’un tiers neutre et bien­veillant : un thé­ra­peute de couple n’est pas là pour vous juger ni prendre par­ti mais pour faci­li­ter l’ex­pres­sion de vos res­sen­tis et de vos besoins. Progressivement, le dia­logue peut se renouer, le sens des répé­ti­tions vécues par le couple appa­raît, la qua­li­té de la com­pré­hen­sion mutuelle s’améliore et l’en­vie de « faire ensemble » renaît. Je vous pro­po­se­rai aus­si des expé­ri­men­ta­tions visant à faire émer­ger des prises de conscience et de nou­velles façons de faire.
Les thé­ra­pies de couple sont géné­ra­le­ment plus brèves que les psy­cho­thé­ra­pies indi­vi­duelles et les séances sont plus espa­cées (idéa­le­ment toutes les deux ou trois semaines) afin de lais­ser aux conjoints le temps d’as­si­mi­ler à deux les chan­ge­ments en cours.
Je reçois pour les séances de psy­cho­thé­ra­pie de couple de 9 heures à 20 heures du lun­di au vendredi.

Mon tarif
Le tarif est de 120 euros pour une séance de psy­cho­thé­ra­pie de couple d’une durée d’1 heure 30.
Certaines mutuelles rem­boursent par­tiel­le­ment les thé­ra­pies de couple (notam­ment sous l’ap­pel­la­tion « Médecine douce non conven­tion­née ») ; ren­sei­gnez-vous auprès de la vôtre, et le cas échéant je vous four­ni­rai les jus­ti­fi­ca­tifs utiles.