La Gestalt-thérapie

Je pra­tique la Gestalt-thé­ra­pie, une des nom­breuses formes de psy­cho­thé­ra­pies exis­tant actuel­le­ment en France.

Une thé­ra­pie qui faci­lite le chan­ge­ment par l’expérimentationRésoudre ses problèmes psychologiques
La Gestalt-thé­ra­pie ne vise pas uni­que­ment à expli­quer les pro­blèmes mais pro­pose d’ex­pé­ri­men­ter des pistes de solu­tion. Après un temps pen­dant lequel le client et le thé­ra­peute font connais­sance, une fois que le lien thé­ra­peu­tique est éta­bli, le thé­ra­peute peut pro­po­ser au client d’ex­pé­ri­men­ter des situa­tions de vie que celui-ci décrit. L’expérimentation, dans le cadre sécu­ri­sé du cabi­net, per­met de décou­vrir de nou­velles façons de faire et d’être. Celles-ci peuvent ensuite être tes­tées dans la vie cou­rante. Progressivement, des chan­ge­ments se mettent en place et s’ins­crivent en profondeur.

Gestalt-thérapie une psychothérapie holistiqueUne thé­ra­pie « holistique »
La Gestalt-thé­ra­pie mobi­lise l’en­semble de la per­sonne dans ses dimen­sions intel­lec­tuelle et cog­ni­tive mais aus­si émo­tion­nelle et cor­po­relle (tête/​cœur/​corps étant indis­so­lu­ble­ment liés). Elle peut prendre en compte tous les niveaux de contact du sujet : contact avec lui-même, contact avec les sphères affec­tive et fami­liale, pro­fes­sion­nelle, sociale, spi­ri­tuelle. En ce sens elle est une psy­cho­thé­ra­pie holis­tique (du grec « holos », entier).

cropped-png_tree_by_paradise234-d5c5lob-Copie-1.pngUne thé­ra­pie de l’i­ci et maintenant
Elle met l’ac­cent sur la prise de conscience de l’ex­pé­rience actuelle (« l’i­ci et main­te­nant » – qui peut englo­ber l’é­cho d’un vécu ancien) et réha­bi­lite le res­sen­ti émo­tion­nel et cor­po­rel, trop sou­vent cen­su­ré dans notre culture.
En Gestalt-thé­ra­pie, l’anamnèse (le tra­vail sur l’histoire per­son­nelle et son inter­pré­ta­tion) est beau­coup moins cen­trale que dans cer­taines autres psychothérapies.

Difficultés relationnellesUne thé­ra­pie de la rela­tion par la relation
Au cours des séances, l’at­ten­tion est por­tée notam­ment sur la rela­tion entre le thé­ra­peute et son client, qui reflète bien sou­vent les rela­tions de celui-ci avec son envi­ron­ne­ment. Cela per­met la prise de conscience de conduites répé­ti­tives et péri­mées dans les­quelles le sujet s’est enfer­mé et qui sont sou­vent à l’o­ri­gine de blo­cages et de souffrances.

Développement personnel Vélizy Versailles Chaville Viroflay

Historique et fon­de­ments théoriques
La Gestalt-thé­ra­pie a été fon­dée dans les années 50 par un groupe d’Allemands et d’Américains. Elle se rat­tache au cou­rant des psy­cho­thé­ra­pies huma­nistes qui prônent la confiance dans la capa­ci­té de crois­sance de l’être humain. De par l’in­fluence des dif­fé­rentes per­son­na­li­tés du groupe fon­da­teur, elle se situe au car­re­four de plu­sieurs cou­rants euro­péens, amé­ri­cains et orien­taux : psy­cha­na­lyse, approches phé­no­mé­no­lo­gique et exis­ten­tielle, psy­cho­drame, thé­ra­pies psy­cho­cor­po­relles d’ins­pi­ra­tion rei­chienne, phi­lo­so­phies orientales.
Elle se pra­tique en séances indi­vi­duelles, en groupe, en couple et en famille.

La Gestalt-thé­ra­pie en FrancePsychothérapie Vélizy Versailles Chaville Viroflay
Arrivée en France dans les années 70, la Gestalt-thé­ra­pie n’a ces­sé de s’y déve­lop­per depuis. Plusieurs cen­taines de thé­ra­peutes exercent la Gestalt-thé­ra­pie en France, en cabi­net libé­ral ou en ins­ti­tu­tion. Elle est notam­ment por­tée par deux asso­cia­tions pro­fes­sion­nelles : le Collège euro­péen de Gestalt-thé­ra­pie et la Société fran­çaise de Gestalt. Cette der­nière est membre de la Fédération fran­çaise de psy­cho­thé­ra­pie et psy­cha­na­lyse (FF2P).
La Gestalt-thé­ra­pie est ensei­gnée dans une dou­zaine d’organismes de for­ma­tion et, en plus de nom­breux livres trai­tant de cette psy­cho­thé­ra­pie, deux revues pro­fes­sion­nelles lui sont consa­crées (Les Cahiers de Gestalt-thé­ra­pie et Gestalt).

Pour en savoir plus
Voir les livres et revues sur la Gestalt-thé­ra­pie pro­po­sés par la Coordination SFG-CEGT.
Voir aus­si ma pra­tique de la psy­cho­thé­ra­pie.